Zalem

from by CLUEDO KREW

/

lyrics

Atahualpa Yupanki
Lui savait chanter la misère sociale lui savait chanter la terre en sueur
Mon campesino à moi traine dans les rues
Se bourre la gueule dans les squats
Et mate la marche assurée des actifs grisonnants

J'déambule la nuit dans Zalem et la haine
N’enflamme pas les yeux des SDF qui traînent
En préambule de ce poème je formule un vœu
Une tente MSF pour chacun d’entre eux
Vœu pieu pour les uns
Lieu commun pour les autres
Façon d'se disculper ce qu’on est bien chez les nôtres
Blasés de la misère visible qui partagez
Le cliché du clodo qui refuse le boulot sachez
Qu’au bout du rouleau y’a pas de magot caché
Y’a pas de complot de prolos qui en veulent à vos euros

Pour les marmots fauchés entrés en révolte
Après la mort pour rien de deux potes sous les volts
Deux mots rassurent le bobo
« Tolérance zéro ! » rappelle Sarko Zorro
Libéral sans attelles qui martèle les cerveaux
Et qui ne tape pas que sur les nerfs des mecs du Cluedo
Quand il essaie le mot karcher et mesure son écho
Avocat de Neuilly ! Avoue que t’as la trique dis
Ta matraque dans le slip trahit tes envies de fric
Le pouvoir du costard chic et l’agenda bien rempli
N’ont rien à voir avec la république des accros au jaja
Pas de famille pour celui-là
Que le souvenir du trauma
Trois fous virent dans le coma
Suite au combat… livré pour la goutte !
En plein après-midi
Les gueules cassées cassent la croûte au milieu du carbone
Et leurs corps d’hommes meurtris sont si loin
Du mien mieux portant je me sens bien
Loin si loin de tous mes voisins les spectres urbains

Pour eux souvent pas de choix pas de voie de sortie
Et pas l’envie de trouver un meilleur toit que le pont de Bercy
En face des colonies marginales le béton de l’économie d’Etat
Triste césure spatiale
Risque de suicide social
Les deux extrêmes du Capital se matent par-delà la Seine
La cour des miracles
Toujours la même claque
Mais l’habitude de dire non de compter les moignons
D’enjamber les culs-de-jatte
Parfois ma tête éclate
Parfois ma tête éclate

Rien à voir pourtant
Avec le temps qui suit celui des conflits
Quand le deuil en série se substitue aux tueries
Aujourd’hui moins de traces moins de mutilés dans les rues
Plus aucun poilus témoin du bal des obus
Et pourtant qui supporte de parler avec ceux dont le corps annonce la mort ?
Avec ceux dont le sort est de cumuler l'vécu ?
Dans la rue
On s’habitue si bien à la vue des indigents
On ne les distingue plus très bien du reste des gens
On force le pas quand le cœur ne suit pas

Zalem !
Cité décadente sous la fiente des pigeons mutants
Capitale brassant mille rêves différents
Où chaque jour la faim d’un enfant croise un caprice de Cadillac


Fang Shih Yu


CK

credits

from Le melon, track released January 10, 2011
Mat U Stone, Cliff Barns, Fang Shih Yu, Atahualpa Yupanki

tags

license

all rights reserved

about

CLUEDO KREW France

contact / help

Contact CLUEDO KREW